1/1

Spie Batignolles avait racheté Comstock pour prendre pied, de façon stable sur le continent nord Américain. LK Comstock était alors la deuxième entreprise d'installation électrique aux Etats Unis, et opérait exclusivement sur son marché domestique avec une forte présence dans le rail et le grand tertiaire.

Le contrat d'Astoria consistait à renouveler le système de signalisation avec une technologie à relais traditionnels, ce qui implique un volume considérable de câblage le long des voies, l'installation d'un grand nombre de signaux latéraux et l'aménagement de plusieurs bâtiments de relayage très conséquents, en voie. La ligne est principalement en superstructure dans le Queens, avec un linéaire en tunnel dans Manhattan jusqu'à City Hall.

  • Le métro de New York est en service 365/7/24 ; les travaux lourds de rénovation doivent s'organiser autour de cette contrainte. Un crédit d'heures et de linéaire, d'exploitation en voie unique, ainsi qu'un crédit en nombre de samedis et dimanches avec interruption totale de trafic, pendant lesquels le service est assuré par des bus de substitution, sont valorisés, et inclus dans le contrat. Une fois ce crédit consommé, les interruptions de trafic sont à la charge du "contractor". Le risque est énorme !

  • D'autre part, la main d'oeuvre, y compris l'encadrement de chantier est intégralement "Union" ; les rendements, les temps unitaires, les modalités d'application des heures supplémentaires sont maîtrisés par le syndicat et le management n'a que très peu de marge de manœuvre sur ces paramètres. Le risque de dérive est permanent.

Ces deux caractéristiques imposent une organisation rigoureuse et un suivi draconien de la production.

1989/94

L.K. Comstock, Inc.

NYCTA, Astoria Line signaling rehabilitation - (34M USD)

© 2017 Marc Thiebault